Glossaire

Anticorps anti-peptides citrullinés (ACPA) ou Anticorps anti-CCP

« CCP » est un acronyme pour cyclic citrullinated peptide ou anti-peptide cyclique citrulliné. La citrulline est une protéine présente dans le tissu synovial des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde et que l’on ne retrouve pas dans d’autres pathologies rhumatismales comme l’arthrose ou les spondylarthropathies. Cette protéine de la polyarthrite rhumatoïde (en deçà d’une certaine taille, une protéine s’appelle un peptide) induit la production d’anticorps. Un anticorps anti-CCP est donc un auto-anticorps dirigé contre la citrulline. Les anticorps anti-CCP sont aujourd’hui utilisés comme marqueurs diagnostiques de la polyarthrite rhumatoïde.

Source : Le dictionnaire de la polyarthrite rhumatoïde et des rhumatismes inflammatoires chroniques, ouvrage collectif réalisé par l’AFPric, 2012

Exposome

La définition stricte est : « l’ensemble des expositions à des facteurs non génétiques favorisant l’apparition de maladies chroniques, auxquelles un individu est soumis de sa conception in utero à sa mort ». Dit autrement, c’est tout ce qui n’est pas le génome et qui intervient dans la maladie. Quand on parle d’exposome, on parle de facteurs qui ne sont pas les gènes, mais qui vont faire en sorte que les gènes s’expriment de telle ou telle manière.

Source : Pr Marie-Christophe Boissier, PolyArthrite infos n°116, Décembre 2019

Immunomodulateur

Médicament modifiant les réponses immunitaires c’est-à-dire qu’il stimule ou freine le système immunitaire. Lorsqu’un médicament augmente les réponses immunitaires, c’est un immunostimulant ; lorsqu’un médicament réduit ces réponses, c’est un immunosuppresseur.

Source : Le dictionnaire de la polyarthrite rhumatoïde et des rhumatismes inflammatoires chroniques, ouvrage collectif réalisé par l’AFPric, 2012

Nerf vague

Le nerf vague est le 10e nerf crânien, il relie le cerveau au tube digestif. Ce nerf est important car il est constitué de 80 % de fibres afférentes, c’est-à-dire qui transmettent les informations du tube digestif au cerveau, et de 20 % de fibres efférentes qui, à l’inverse, envoient les informations du cerveau au tube digestif, notamment celles concernant la motricité du tube digestif et la sécrétion gastrique.

Source : PolyArthrite infos n°101, Décembre 2015

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
Share This